L’initiative Open-DO : vers une norme avionique Open Source pour les logiciels embarqués critiques . Participons !

L’avion moderne tel qu’il est conçu de nos jours est un concentré de technologies informatiques qui régissent certains équipements électroniques et électriques aéroportés sur l’aéronef. Le développement logiciel pour systèmes critiques tel que les avioniques est assujetti à un standard international connu sous le nom de DO-178B. Ce standard assure la fiabilité du code embarqué avec des hauts niveaux d’exigence vis-à-vis du test logiciel et de la couverture du code.

Du DO-178B au Open-DO (DO-187C)

 

Depuis quelques années, le standard DO-178B est entré en phase de révision par un comité international ouvert qui laisse court à une initiative Open-Source nommée Open-DO. Cette initiative a entre autres comme buts l’assurance sur le long terme  de la disponibilité d’une large gamme d’outils et de composants Open-Sources certifiés pour le développement logiciel critique. Ceci implique de briser la barrière d’accès à ce domaine, en encourageant la recherche dessus  et en augmentant la disponibilité du matériel éducatif en particulier pour les universitaires et leurs étudiants.

S’inscrivant dans une logique de modernisation, la nouvelle norme introduira le développement orienté-objet, longuement évité en avionique car non déterministe à tester. Parallèlement, ce standard mettra en œuvre des méthodes formelles qui valideront les logiciels par rapport à leurs spécifications à l’aide notamment de la logique mathématique.

Par ailleurs, les avioniques concernés sont destinés à communiquer de plus en plus et à s’ouvrir dans le cadre d’un système largement réparti. Cette ouverture coûtera en temps d’échanges de données notamment des paramètres de vol (altitude, vitesse …) aux IHM des pilotes alors que le soft était flashé en dur sur le matériel lors de la conception de la DO-178B, comme le souligne Cyrille Comar, directeur exécutif d’AdaCore. Ce dernier ajoute également que “plus le système communique, plus il faut tenir compte de risques de malveillance logicielle”.

Dans ce même esprit d’Open-Source, la fondation Eclipse se lance dans le projet Polarys qui abordera la problématique des outils de développement pour les applications et les systèmes très critiques du monde de l’embarqué.  C’est un groupe de travail qui réunira Airbus, Thales, Ericsson et Atos dans la perspective de garantir une pérennité de l’outillage jusqu’à 70 ans.

Participons ! >> http://www.open-do.org/participate <<

Open-DO requiert la participation des industriels mais aussi fonctionne grâce à des partenaires universitaires. Ainsi les étudiants ont la possibilité de concevoir les systèmes du futur dans un des domaines, jadis des plus jalousement fermés.

En somme, cette démarche s’inscrit dans la logique d’approcher l’industrie lourde à travers l’informatique évoquée la première fois dans l’article intitulé “Le HPC … et si nous devenons une puissance souveraine ?”.

Quoique le domaine reste catalogué comme critique, les écoles tunisiennes se spécialisant dans le domaine IT, particulièrement l’Ecole Nationale des Sciences de l’Informatique, seraient à mon humble avis de très bons candidats de qualité pour un éventuel partenariat.

 

 

Références:

 

 

Mohamed Habib ESSOUSSI
IPEIT 2007 – 2009
ENSI 2011
TELECOM SudParis 2012

Laisser un commentaire

*