Une journée à l’IPEST, une journée chez moi

Pendant les vacances de Février je suis rentré en Tunisie et j’ai décidé de rendre visite à nos Ipestiens qui ont besoin, comme on l’avait tous, d’un peu d’encouragement et de réconfort à deux mois de l’écrit.

J’ai commencé par visiter ma classe de XPC* au milieu du cours. Ils étaient tous stressés mais j’ai supposé que c’était à cause des écrits dont la date ne cesse pas de s’approcher.

Mais en discutant avec quelques uns pendant le déjeuner, j’ai compris la cause réelle de leur angoisse et de leur inquiétude : C’était bien évidemment l’administration qu’on connaît tous.

 

En sortant directement du « ERREF », je me suis retrouvé avec une cinquantaine de SPé au deuxième étage du bâtiment de l’administration  et qui demandaient de voir le directeur immédiatement.

 

Le directeur est sorti discuter avec eux. Et de ce que j’ai compris est que les IPESTiens ont été trahis par leur propre administration. Mais cette fois-ci, on accusait le directeur de manque de réactivité et de manque de soutien vis à vis à eux.

 

L’administration a décidé cette année de fermer le centre d’examen des CCP, et donc logiquement tout ceux qui veulent passer l’écrit doivent se rendre à Paris ou à Toulouse pour le faire. Alors pour plusieurs, il était impossible d’avoir une telle somme et donc il ne sont pas inscrits sur le site SCEI. C’est logique alors quel est le problème vous me dites ? Le problème c’est que L’institut préparatoire privé ESPRIT a ouvert un centre d’écrit CCP en Tunisie où nos IPESTiens pouvaient passer les CCP. Le directeur répondait qu’il ne le savait pas.

 

Deuxième reproche était que le directeur au lieu d’essayer de trouver des bonnes conditions pour nos Ipestiens, il a refusé de les laisser à l’ipest pour travailler. Au début de Janvier juste après la rentrée tous les étudiants étaient obligés de rentrer chez eux sauf les IPESTiens. Comment ça se fait ? Quelle est la différence entre les IPESTiens et les autres ? Le directeur avait déjà reçu des consignes directes de Mme CHARFI, ancienne directrice de l’IPEST et qui était un haut fonctionnaire au ministère, pour les laisser travailler dans le campus pendant cette période là. Elle connaît bien le système de l’IPEST les concours qu’ils doivent passer et leurs dates. Malheureusement, Mme CHARFI a démissionné ultérieurement.

 

Pour la deuxième fois, le Directeur a répondu qu’il ne savait pas et qu’il n’a rien reçu.

 

Tous les élèves se sentaient trahis par cette administration qui n’a jamais pris une décision favorable pour eux, même concernant la barrière pour laisser les gens entrer avec leurs voitures.

 

Il y avait une réunion d’élèves juste après à la salle polyvalente, ils discutaient à propos de leurs demandes :

 

-          Permettre les IPESTiens d’accéder au site SCEI pour une journée (Une demande refusée par SCEI ultérierement)

-          Tout le monde aura la possibilité de faire cinq demi à l’IPEST.

-          Une clarification concernant les bourses.

 

Les problèmes actuels des IPESTiens sont :

-          Plusieurs d’entre eux sont démoralisés et se sentent coincés.

-          La plupart des classes ont un retard de 40 à 60 heures dans les matières principales.

-          La plupart d’entre eux pensent déjà à faire cinq demi.

 

Quand est ce que  l’administration prendra-t-elle ses responsabilités pour améliorer la situation d’un établissement d’excellence ?

C’est une question que je me suis posée depuis le début d’année après avoir rencontré l’administration de mon école en France.

 

Mais c’est tout à fait normal vous me dites. Tout le pays est instable en ce moment ?

Je ne serai pas le meilleur à juger puisque je ne vivais pas avec eux  mais je pense que la situation aurait pu être meilleure pour eux.

 

Je veux dire en conclusion que toute la Tunisie a besoin de nos efforts pour avancer mais n’oublions pas nos petits frères à l’IPEST, surtout maintenant que les classes commencent à faire leurs arrêts de cours pour la révision. Je souhaite que vous considèreriez passer un peu de temps avec eux  en leur rendant visite et en leur soutenant dans les moments les plus délicats de leurs vies.

 

Safouene Kallel

Laisser un commentaire

*